ITALIE - Géographie


ITALIE - Géographie
ITALIE - Géographie

Pays moyen par sa superficie (302 000 km2) comme par sa population (57,3 millions d’habitants en 1992; densité: 190 hab./km2), l’Italie a rejoint après la Seconde Guerre mondiale le groupe des pays développés, se situant même au

sixième rang des puissances mondiales, son P.N.B. ayant dépassé le P.N.B. britannique en 1987. Ce qui n’empêche pas la persistance de disparités fortes entre le Nord et le Sud, encore aggravées par la faiblesse du pouvoir central romain. Alors que l’Italie peut se vanter de brillantes réussites, il subsiste dans ce pays d’étonnantes faiblesses: la corruption économico-politique, les difficultés à en finir avec le contre-pouvoir mafioso et l’hostilité grandissante entre Nord et Sud, dont on ne pense pourtant pas qu’elle se terminera par une implosion à la yougoslave.

L’Italie connaît bien d’autres problèmes. L’industrialisation et l’urbanisation accélérées des années 1960 y ont entraîné des conséquences dommageables pour l’environnement. Son économie, malgré son dynamisme, reste globalement fragile. Par certains côtés, les aspects sociaux sont développés, mais les hôpitaux sont parmi les moins performants d’Europe et les grèves ou retards à répétition entachent l’image des transports ferroviaires ou aériens (alors que le réseau autoroutier est un des plus denses du monde). L’Italie ne cesse de se débattre avec des problèmes atypiques, une économie souvent «dans le rouge», alors que, grâce à l’ingéniosité du peuple italien, des possibilités de rétablissement existent presque toujours.

1. Des milieux physiques contrastés

Un climat agréable, bien que souvent extrêmement chaud et sec en été, un ciel bleu, celui du «pays où fleurit l’oranger» (encore que la culture des agrumes se limite à quelques littoraux), si on oublie ses rudesses en montagne et son caractère fréquemment maussade en hiver, en particulier dans la plaine du Pô, a depuis longtemps séduit les conquérants, des Barbares à Napoléon, au-delà d’une barrière alpine plutôt perméable. Le compartimentage du relief, hormis la très vaste plaine du Pô (50 000 km2), constitue à l’inverse un obstacle, de même que l’étirement en longueur de la péninsule (par la route, Rome est à 668 km de Turin, à 703 km de Reggio de Calabre, à 931 km de Palerme), même si celle-ci constitue un pont vers l’Afrique et un point de passage (telle la Pouille) vers la Grèce et les Balkans. L’Italie n’est donc pas une périphérie absolue de l’Europe, même si croissance et revenus diminuent du Nord vers le Sud.

Mais elle est handicapée par bien des facteurs naturels: le cloisonnement et le morcellement, mais aussi la fréquence des pentes dans un pays où montagnes et collines représentent les trois quarts de la superficie, où le déficit hydrique augmente vers le Sud, où les tremblements de terre, les éruptions volcaniques et les débordements des fleuves sont monnaie courante. L’Italie, globalement, «compte plus de collines pelées et de plaines longtemps restées marécageuses que de riantes huertas». Enfin, les ressources minières sont rares; les fées de l’époque carbonifère ne se sont guère penchées sur le berceau de la péninsule.

Les Alpes , où vivent environ 3 millions d’Italiens, y compris dans les grandes vallées d’origine glaciaire, annexes de la plaine du Pô (Val d’Aoste, Val d’Adige...), constituent une chaîne arquée, des environs de Vintimille à ceux de Trieste, dont la largeur s’accroît d’ouest en est, jusqu’à dépasser 150 kilomètres au nord de Vérone, où les Hautes Alpes sont flanquées au sud de Préalpes calcaires, dont les célèbres Dolomites (3 332 m), massives ou déchiquetées; alors qu’en Piémont les Alpes cristallines tombent à pic sur la plaine du Pô. Plusieurs sommets dépassent 4 000 mètres vers les frontières (mont Blanc, mont Rose, Cervin...), mais les grandes vallées glaciaires, souvent transversales, quelques-unes longitudinales, sont beaucoup plus basses (Bolzano, à 150 km de la plaine du Pô, n’est qu’à 250 m d’altitude), tandis que l’altitude des cols décroît d’ouest en est (mont Cenis, 2 083 m, Brenner, 1 374 m, Tarvis, 812 m). Des tunnels ferroviaires, puis routiers (après 1950) ont grandement facilité l’accessibilité.

Les Alpes sont fraîches (il y subsiste quelques glaciers), fortement arrosées, sauf certaines vallées intra-alpines où la vigne s’élève parfois à plus de 1 000 mètres sur les adrets (Valteline). Si dans la montagne on trouve l’étagement habituel – cultures et prairies, forêts de feuillus puis de conifères, enfin alpages –, les cultures intensives sont l’apanage des grandes vallées: pommiers et vignes du Val d’Adige. Les Alpes sont aussi un château d’eau, réservoir d’électricité pour la plaine du Pô. Enfin, les glaciers ont également modelé les célèbres lacs «lombards», étroits et allongés, profonds de plus de 350 mètres – lac Majeur, lac de Côme, lac de Garde... – qui bénéficient d’un remarquable privilège climatique, d’une végétation luxuriante, et sont donc de hauts lieux touristiques.

L’ample plaine du Pô concentre l’essentiel de l’économie italienne, du fait de sa planéité et de la relative proximité de l’Europe la plus développée. Cette vaste zone de terres basses, séparée de la mer Tyrrhénienne par l’Apennin ligure, s’ouvre largement sur l’Adriatique, dont elle est un ancien golfe, comblé (parfois sur plus de 10 000 m!) par les alluvions tertiaires et quaternaires issus des Alpes et des Apennins. Quelques collines viennent interrompre la monotonie de la plaine: anciens volcans en Vénétie, blocs soulevés du Montferrat en Piémont, collines morainiques d’Ivrée. Les glacis alternent avec les terrasses étagées de la Lombardie, les plus hautes étant assez pauvres. La plaine, dans l’ensemble monotone, est cependant plus variée qu’il n’y paraît. La végétation est particulièrement vigoureuse, verdoyante, dans la Bassa, la basse plaine lombarde; le delta du Pô est resté longtemps marécageux. Le climat est plutôt de type continental, avec des hivers froids (il fait aussi froid à Plaisance en janvier qu’à Berlin) marqués par des brouillards givrants et des étés chauds (il fait aussi chaud à Milan en juillet qu’à Naples), et surtout – originalité par rapport à l’Italie méditerranéenne – une absence de saison sèche estivale: l’été lombard reçoit presque le quart des précipitations annuelles, contre moins de 10 p. 100 dans le Midi extrême. L’humidité caractérise la plaine du Pô, avec ses files de peupliers ou, de façon plus localisée, ses canaux d’irrigation ou de drainage.

L’Italie péninsulaire s’organise à partir de la longue échine de l’Apennin, véritable épine dorsale allongée sur plus de 1 000 kilomètres, dont la surrection est récente. L’Apennin amalgame plusieurs unités structurales: mince cordon ligure, abaissé à moins de 500 mètres entre Gênes et la plaine du Pô, au col des Giovi; Apennin d’Émilie-Toscane, formé de terrains schisteux tendres, culminant exceptionnellement à plus de 2 000 mètres; région des Abruzzes, essentiellement calcaire, où la chaîne, dominant de grands plateaux, culmine au Gran Sasso, à 2 914 mètres; Apennin de Lucanie (ou Basilicate), principalement argileux; tandis que l’Apennin calabrais, porté à près de 2 000 mètres par des failles récentes, de structure granitique, évoque les massifs hercyniens de l’Europe centrale: la Sila, l’Aspromonte.

L’Apennin fait obstacle aux communications Nord-Sud (Bologne-Florence, littoral ligure) comme à celles qui relient le littoral tyrrhénien et le littoral adriatique; et ce, malgré la présence fréquente de bassins d’effondrements, qui servent de relais en même temps que de lieux de villes et d’agriculture plus intensive: bassins toscans, ombriens, bassins des Abruzzes (L’Aquila), fossé de la «vallée Latine», entre Rome et Naples, du Crati en Calabre.

Le climat, subhumide en Toscane, se fait plus rigoureux dans les Abruzzes, avec de grands pâturages battus des vents, ou sur les hauts plateaux calabrais où les forêts sombres contrastent avec les vergers d’agrumes en contrebas.

Globalement, l’Apennin se dépeuple, hormis ses bassins intramontagnards où la vie se réfugie. Il reste un obstacle aux communications malgré les grands travaux ferroviaires puis autoroutiers.

Les zones bordières sont plus simples du côté adriatique, qui font succéder aux collines argilo-sableuses des Marches les plateaux calcaires étagés de la Pouille. Le versant tyrrhénien est plus complexe, où alternent des restes effondrés d’Apennin (collines Métallifères), des collines argilo-sableuses du Pliocène (Toscane), des volcans éteints ou encore en activité comme le Vésuve, des plaines littorales restées longtemps paludéennes (sauf la plaine de Naples) comme la Maremme, les marais Pontins ou la plaine de Métaponte, celle-ci sur la mer Ionienne.

Ici règne la végétation méditerranéenne, le plus souvent dégradée, dans un contexte climatique où la sécheresse estivale s’accroît vers le Sud jusqu’à atteindre quatre à cinq mois en Calabre. Aussi, sauf dans les plaines et collines d’Italie centrale où une polyculture arborée sèche est possible, les contrastes sont-ils frappants entre huertas irriguées florissantes et collines pelées.

De nombreuses îles flanquent l’Italie, surtout dans la mer Tyrrhénienne: Elbe, îles du golfe de Naples. Mais les deux grandes îles sont la Sicile (25 426 km2) et la Sardaigne, à peine plus petite. Elles sont en fait très différentes, d’abord par leur position, la Sicile n’étant séparée du continent que par les 3 kilomètres du détroit de Messine. La Sardaigne, quadrangulaire, est un morceau du domaine hercynien, avec vieux socles et plateaux (Gennargentu, 1 834 m), épanchements volcaniques et fossé tertiaire du Campidano. La Sicile, triangulaire, est plus complexe avec la chaîne littorale au nord, l’énorme volcan actif de l’Etna (3 200 m) au nord-est, et surtout dans tout l’intérieur un fouillis de collines argileuses tertiaires. La Sicile, en outre, est d’une aridité «africaine», alors que les plateaux sardes, au maquis exubérant, sont plus verdoyants.

2. Les hommes

Les aspects quantitatifs

La population est passée de 26,3 millions d’habitants en 1861 à 56,3 millions en 1981 pour stagner ensuite (57,3 millions en 1992). L’Italie traditionnelle était caractérisée par une forte croissance due à un taux de natalité élevé (plus encore dans le Sud), entraînant une importante émigration: entre 1861 et 1975, 29 millions de départs (mais près de 20 millions de retours) vers les Amériques, la France, la Suisse; tandis que les migrations intérieures conduisaient déjà les Italiens des montagnes vers les plaines, ceux des campagnes vers les villes, ceux du Sud vers le Nord.

Les années 1950-1970 ont été marquées par une importance considérable de l’exode rural et des croissances urbaines, et surtout par l’afflux des Méridionaux ruraux vers les villes industrielles du Nord-Ouest (2,8 millions d’immigrants nets en vingt ans), mais aussi vers Rome, tandis que les expatriations diminuaient.

En 1993, la situation démographique est très différente. C’est d’abord la fin des «mammas», entourées d’une ribambelle d’enfants. En une vingtaine d’années, ce pays à haute fécondité est peut-être devenu le moins fécond du monde, avec moins de 1,3 enfant par femme. Le taux de natalité est tombé vers 10 p. 1 000, pour un taux de mortalité de 9,5 p. 1 000. Il s’agit d’un véritable phénomène de société, dû à l’enrichissement, à l’urbanisation, au déclin de l’influence de l’Église. Les contrastes régionaux restent toutefois marqués, avec un solde naturel qui demeure positif dans le Midi (et à Rome, à cause de l’immigration méridionale), alors qu’il est négatif dans presque toutes les régions du Nord.

Le grand courant migratoire du Sud vers le Nord a pris fin vers 1973, avec la crise, si bien que la plupart des régions du Centre et du Nord perdent des habitants, parfois gravement comme en Ligurie, ce qui n’est peut-être pas étranger à la montée du racisme «anti-Sud». Quant aux migrations internationales, le renversement de tendance est très remarquable, l’Italie devenant peu à peu un pays d’immigration et attirant des Arabes, des Noirs, voire des ex-Yougoslaves. Au total, les étrangers, dont beaucoup de clandestins, sont peut-être un million (on peut voir des bergers maliens sur les pâturages du Gran Sasso).

L’Italie reste un pays densément peuplé, environ deux fois plus que la France, mais avec des différences considérables entre la Sardaigne montagneuse ou le Val d’Aoste (35 hab./km2 environ) et la province de Naples (plus de 2 000 hab./km2).

Les aspects qualitatifs: le «tempérament» italien

Malgré de considérables différences régionales, il existe un caractère italien moyen, marqué par l’individualisme et la vivacité, la gentillesse et la bonne humeur, l’ouverture aux autres, mais aussi l’indiscipline ou le manque du sens de l’État.

La société italienne a été longtemps, et reste, marquée par l’influence de l’Église catholique; par le poids de la famille, des enfants, de la femme, au statut ambigu, chez un peuple réputé «macho»; par celui des réseaux d’influences et de clientèles. Les rapports sociaux sont très personnalisés, autant dire qu’une partie des promotions, dans la fonction publique ou ailleurs, se fait par relations ou d’après les sympathies politiques ou religieuses. Ces caractères clientélistes s’accentuent à mesure qu’on va vers le Sud.

La diversité régionale

L’unité italienne a été tardive (1860-1871). Elle laisse place à d’importants particularismes, parfois de ville à ville («campanilisme»), souvent de région à région, sans parler du grave problème des relations entre le Nord et le Sud.

La régionalisation, succédant au centralisme mussolinien, s’est développée de 1946 à 1977, en commençant par cinq régions à statut spécial, aux pouvoirs plus étendus: Val d’Aoste, de tradition francophone; Trentin-Haut-Adige, avec la province de Bolzano, ancien morceau d’Autriche, largement germanophone; Sicile ; Sardaigne; enfin Frioul-Vénétie Julienne, après le règlement du contentieux italo-yougoslave en 1963.

Le principal problème est celui des relations entre le Nord et le Sud, avec de grandes disparités économiques et des différences de mentalités. En gros, le Sud est presque deux fois moins développé que le Nord, le taux de chômage y est double, l’esprit d’entreprise y est moins marqué; les Nordistes accusent les Méridionaux de constituer pour eux une lourde charge (excès de fonctionnaires, chômeurs et autres assistés) et voient dans la Mafia sicilienne, ou ses équivalents napolitains (Camorra) ou calabrais (N’Drangheta), le symbole d’un sous-développement criminel, ce qui est vrai, mais pas dans tout le Sud.

Les origines du particularisme et du sous-développement méridional, amplifiés par une nature souvent ingrate, semblent remonter au Moyen Âge, avec l’établissement puis la consolidation du régime féodal sous les Normands, les Angevins, les Espagnols. Alors que les villes du Nord s’affranchissent tôt de la tutelle des féodaux et que les bourgeois prennent en main le destin des villes du brillant quadrilatère Milan-Venise-Florence-Gênes, le Midi (Mezzogiorno), pourtant précocement unifié, s’enlise sous les dominations étrangères, le régime du latifundium ou des plèbes urbaines de type napolitain. L’unité italienne sera un «Marché commun manqué» (F. Gay et P. Wagret), où les plus pauvres seront écrasés par les Nordistes plus puissants, et surtout par les Italiens du «triangle» (dont les sommets sont Turin, Milan, Gênes) qui s’ouvre sur l’économie capitaliste européenne entre 1880 et 1900. Sous le régime fasciste, le Nord se développe, mais le Midi régresse. La politique d’aménagement du Midi, à partir de 1950, ne conduit pas à la parité. Phénomène tout aussi grave, les mentalités restent différentes. Gens du Nord et du Sud ne s’aiment guère. Dès les années 1950 fleurissaient à Turin ou à Milan des écriteaux: «Appartement à louer, sauf à des Méridionaux.» Aujourd’hui, on entend dire que les gens du Sud sont d’une autre race («ce sont des Arabes»!) et qu’il faudrait construire un grand mur au sud de Florence pour endiguer leur venue (à la vérité, bien ralentie). Reste l’inquiétant développement des ligues du Nord, à commencer par la Ligue lombarde, qui font preuve de racisme à l’égard de leurs propres concitoyens, s’en prennent aussi aux politiciens romains accusés, non sans quelque raison, de «mauvais gouvernement», et démontrent surtout que l’Italie n’est pas encore un pays aussi solide que la France.

3. Les milieux humains: villes et campagnes

Les villes

Il n’existe pas de définition officielle des villes ou agglomérations; la distinction entre le bourg peuplé de paysans (en Italie, on ne trouve pratiquement pas l’équivalent des villages français) et la petite ville paraît délicate. En essayant de se rapprocher des critères français, on arrive en gros à 73 p. 100 de population urbaine.

Le réseau urbain, souvent de très antique origine, romaine ou préromaine, peu marqué par la première révolution industrielle, comprend d’abord un nombre très élevé de petites villes, à peine moins nombreuses dans le Sud, où elles sont plus souvent littorales, que dans le Nord. Une cinquantaine de villes dépassent 100 000 habitants, dont onze ont entre 200 000 et 500 000 habitants, et trois le million, que frôle aussi Turin. Mais les agglomérations dépassent souvent, sauf à Rome, les chiffres de la commune-centre: autour de 5 millions pour l’agglomération milanaise, 2,5 millions pour celle de Naples, 1,8 million pour Turin.

Les petites villes ou les villes moyennes sont parfois industrielles (Ivrée, Prato), parfois touristiques (Viareggio, Rimini), le plus souvent tertiaires, centres de commerce et de services, avec parfois la présence d’universités ou de sièges sociaux de firmes importantes (Olivetti à Ivrée, Ferruzzi à Ravenne). La Pouille, la Basilicate, la Sicile se caractérisent par la présence de «villes rurales», longtemps peuplées majoritairement de paysans.

La vitalité des métropoles régionales étonne, qui sont à la tête de sièges sociaux importants (Fiat et la S.I.P., la société de téléphone, à Turin), de réseaux de presse, d’institutions culturelles et de grands musées, de foires (Bari, Vérone), de grands carrefours ferroviaires et autoroutiers (Bologne, Vérone), d’aéroports (Naples, Palerme, Catane). Les géographes italiens proposent le classement suivant: six métropoles régionales secondaires (Brescia, Vérone, Tarente, Messine, Catane, Cagliari); huit métropoles régionales (Turin, Gênes, le couple Venise-Padoue, Bologne, Florence, Naples, Bari, Palerme); sans parler des «deux capitales», Rome et Milan. Toutes ces villes, où le taux d’activité décroît du Nord au Sud, sont aujourd’hui à dominante tertiaire, même Turin où le secteur secondaire ne l’emporte que dans la cintura .

Rome et Naples sont donc les deux capitales. Rome est la capitale politique, celle aussi de la chrétienté, en même temps que le premier centre touristique (12 millions, contre 20 millions à Paris). Parallèlement, la ville, souvent jugée parasitaire, possède les sièges sociaux des grands holdings d’État (I.R.I., E.N.I.) et développe timidement sa fonction industrielle (haute couture, logiciels). Milan, à la tête de la région urbaine la plus importante, reste la capitale économique, avec la première Bourse et la première banque d’affaires du pays (la Commerciale), les sièges des principales firmes privées, notamment les multinationales étrangères (29 p. 100 des grandes sociétés contre 11 p. 100 à Rome), tandis que la banlieue accumule grosses usines (Alfa Romeo, Montedison, Magneti-Marelli, sidérurgie Falck) et nombreuses P.M.I. D’après R. Brunet et le Groupement d’intérêt public Reclus, Milan se classe au troisième rang des villes européennes – il est vrai, assez loin derrière Londres et Paris –, tandis que Rome n’est que septième.

Les paysages urbains sont le plus souvent remarquables, même s’il existe quelques villes (dont peut-être Milan) assez banales, et beaucoup de banlieues grandies trop vite. Mais, en général, on retrouve la trace d’un riche passé médiéval, souvent complété par des édifices Renaissance (Florence, Venise) ou baroques (Rome, Naples), ou encore néo-classiques (Turin), ou quelques bâtiments modernes. Rome, Florence, Venise et quelques petites cités sont sans doute parmi les plus belles villes du monde, même si la croissance des périphéries a été souvent anarchique et si la maîtrise de l’espace urbain, notamment en matière de circulation et de pollution, reste mal contrôlée.

Les campagnes

Même si elles se dépeuplent, sauf aux abords des villes où la périurbanisation est intense, les campagnes restent originales et très diverses.

Les campagnes extensives sont d’abord celles des montagnes pastorales: Alpes en dehors des grandes vallées très cultivées, Apennin du Nord avec élevage bovin laitier, Abruzzes et Calabre où se côtoient vaches grises et moutons transhumants, Sardaigne surtout où la transhumance ovine (un tiers du troupeau italien) conduit pasteurs et troupeaux des hauteurs du Nord vers la plaine, imparfaitement bonifiée, du Campidano. Les collines argileuses sèches de la péninsule, des Crêtes siennoises à la Basilicate, ou de l’intérieur sicilien, font alterner, sur fond de latifundium, céréaliculture extensive (blé dur, fèves) et élevage surtout ovin. Le paysage dénudé s’organise autour de quelques grosses fermes, les masserie , et surtout d’énormes villages souvent perchés, éloignés des champs, où vivent les braccianti , c’est-à-dire les journaliers. Malgré les réformes agraires, la grande propriété reste vivace dans une bonne partie du Mezzogiorno.

Des paysages plus intensifs sont ceux de la polyculture arborée d’Italie centrale, des plantations de la Pouille, des rivieras sèches ou souvent irriguées, tandis que les bonifications ont introduit des paysages nouveaux et que la plaine du Pô est presque partout intensive.

Plaines et collines de Toscane, d’Ombrie et des Marches se caractérisent par un paysage arboré de polyculture généralement sèche (blé, luzerne, vigne, olivier), même si la coltura promiscua étagée est en voie de disparition. L’habitat, à part les castelli (bourgs fortifiés) et bourgs, est essentiellement dispersé, héritage de l’ancienne mezzadria (métayage) qui a régné du XIIIe siècle à 1950-1960. Ces terres restent celles du «beau paysage», encore anobli par les fattorie (grandes fermes) des propriétaires qui associent villas et bâtiments agricoles.

Si la tendance est à la spécialisation (vignoble du Chianti), rares sont en Italie les régions de monoculture arborée ou viticole. La Pouille s’en rapproche le plus, qui fait alterner sur les Murge les oliviers géants et les champs de vigne. Orientée vers les cultures d’exportation, la Pouille se caractérise pourtant, comme les régions de latifundium extensif, par la présence de braccianti concentrés dans des villes rurales.

Le paysage intensif du «jardin méditerranéen » (E. Sereni) comprend à la fois des rivieras arborées non irriguées, des rivieras irriguées et des plaines irriguées. La Ligurie est le domaine de l’olivier, la côte amalfitaine, les rivieras calabraises, plus encore la Conca d’Oro palermitaine ou les basses pentes de l’Etna celui des agrumes, tandis que la plaine de Naples fait alterner tomates, primeurs et pêchers. Des plantes variées, éventuellement sur des terrasses, poussent dans un aimable désordre. Ce paysage est d’origine grecque, et l’irrigation a été perfectionnée par les Arabes. Mais ce jardinage reste trop traditionnel et se heurte à la très petite taille des exploitations: un paysan pour 2 hectares dans la plaine de Naples.

Les bonifications , en partie liées aux réformes agraires, ont aussi transformé le paysage dans un sens intensif. Après la déprise qui fait retourner au marais les plaines cultivées par les Étrusques et les Romains, des bonifications ponctuelles s’échelonnent du Moyen Âge au XIXe siècle. Mussolini assèche les marais Pontins au sud de Rome. Surtout, la réforme agraire de 1950, qui porte sur 767 000 hectares redistribués entre cent treize mille propriétaires (essentiellement dans le Sud, mais aussi en Maremme et dans le delta du Pô), s’est accompagnée jusque vers 1960 d’une bonification «intégrale»: assèchement des marais, reforestation des collines, création de routes, construction de maisons neuves isolées ou regroupées dans des centres de services. Les canaux ponctuent les plaines anciennement marécageuses, avec des paysages pourtant divers: plaines nues à blé et betteraves comme vers Grosseto en Maremme ou dans les récents polders ferrarais (qui datent du début du XXe siècle), vergers dans la plaine de Metaponte, sur la côte ionienne.

La plaine du Pô est à elle seule un monde complexe, mais presque partout intensif. La monoculture ne domine que dans les régions de rizières, vers Verceil et Pavie, alimentées par des canaux comme le canal Cavour. La Bassa lombarde est le pays des prairies irriguées à forte productivité, fournissant plusieurs coupes de foin (les bovins sont à l’étable). La polyculture domine souvent, du Piémont aux paysages parfois aquitains, à la Vénétie où le maïs l’emporte sur le blé, l’élevage étant partout associé à la culture. La Romagne, à l’est de Bologne, est plutôt le pays des grands vergers, de pommiers, de pêchers, mais aussi de la vigne, tandis que de grands champs nus céréaliers flanquent une partie des polders adriatiques. Le métayage a longtemps caractérisé l’Émilie-Romagne, la petite propriété la Vénétie, tandis que la Lombardie est le pays du fermage avec de très grosses fermes de brique, naguère aussi peuplées que des villages, les cascine .

4. L’économie

Les bases

Les ressources naturelles sont assez médiocres: pour l’agriculture, un remarquable potentiel de production dans les régions irriguées, mais faible dans les montagnes et collines sèches ou les marais non aménagés; pour l’industrie, un manque de charbon et de fer, ces éléments de base de la première révolution industrielle, tandis que l’Italie était mieux armée au XXe siècle grâce à l’hydroélectricité alpine, puis accessoirement au méthane d’abord recouvert dans la plaine du Pô (Cortemaggiore) vers 1950. Les exploitations du charbon sarde, du fer de l’île d’Elbe, de la bauxite de la Pouille, du mercure du Sud-Siennois ont été arrêtées (ou quasi arrêtées) dans les années 1980, mais déjà antérieurement l’Italie importait presque tout son minerai et son pétrole par mer, d’où l’industrialisation portuaire, mais aussi un fort taux de dépendance, aggravé par le refus du nucléaire à la suite d’un référendum.

Les voies de communication constituent une autre base, indispensable à une économie largement ouverte.

Les ports sont nombreux, à hinterland principalement régional, et grandement animés par le trafic pétrolier, parfois minéralier. Les importations (230 Mt en 1992) dépassent largement les exportations (42 Mt). Le premier port reste Gênes (33 Mt), en crise, devant Trieste (31 Mt), le port minéralier de Tarente (23 Mt), les ports pétroliers d’Augusta en Sicile, Porto Foxi en Sardaigne (vers Cagliari), puis Venise et Ravenne, tandis que Naples n’assure plus qu’un trafic de 9 millions de tonnes.

Les communications terrestres, longtemps déficientes, ont été marquées après 1950 par un remarquable développement du réseau routier et autoroutier, ce dernier, le deuxième d’Europe, avec de remarquables ouvrages d’art (entre Bologne et Florence, en Ligurie, etc.). La route est partout dominante, mais les chemins de fer envisagent la construction de lignes à grande vitesse, le long de leurs principaux axes qui sont Turin-Milan-Venise et Milan-Bologne-Florence-Rome-Naples.

Le trafic aérien ne dispose pas de très grands aéroports, comparables à ceux de Londres ou de Paris (17 millions de voyageurs à Rome, 12 millions à Milan).

Les bases humaines et économiques . L’Italie a, surtout dans le Centre-Nord, une longue tradition de fabrications de qualité et de dynamisme commercial. Cette tradition d’ouverture se retrouve aujourd’hui à l’exportation et pour la vente de services, par exemple de type ingénierie, vers l’ex-U.R.S.S. ou les pays du Tiers Monde.

Une base du dynamisme italien est celui de ses entrepreneurs, grands ou petits. On connaît le dynamisme des grands condottieri: Giovanni Agnelli (Fiat), Raul Gardini (groupe Ferruzzi) jusqu’à sa tragique disparition en 1993, Carlo De Benedetti (Olivetti), Silvio Berlusconi (télévision). D’autres, issus de P.M.I., ont pu s’élever au rang des grands, comme Luciano Benetton, aux célèbres tricots, parti d’une assez modeste entreprise de Trévise. Le secteur d’État a pu avoir aussi ses condottieri, comme Enrico Mattei (mort en 1962 dans un accident d’avion), qui, chargé de liquider l’A.G.I.P. fasciste, en fit au contraire le puissant E.N.I. Mais le plus remarquable est peut-être le dynamisme de ces modestes entrepreneurs qui, dans le Nord et le Centre surtout (mais non exclusivement), créent de petits ateliers vivaces, à la ville ou à la campagne, les capannoni , largement tournés vers l’exportation.

La main-d’œuvre, hormis peut-être dans le secteur public où la fréquence des grèves «se révèle inversement proportionnelle à la pénibilité du travail», est à la fois laborieuse et ingénieuse, y compris celle qui travaille au noir, dans le cadre de l’économie parallèle (ou souterraine): au moins 4 millions de personnes pratiquent un double métier; en outre, 7 à 8 millions de femmes, d’enfants mineurs, de chômeurs travaillent à temps partiel sans être déclarés.

Sur le plan économique, l’Italie, démentant sa réputation de cigale, dispose d’un des taux d’épargne les plus élevés du monde, supérieur même à celui du Japon. Mais il est vrai qu’une partie de cette épargne s’investit en bons du Trésor, pour financer le considérable déficit de l’État (qui représente au moins une année de P.N.B.) tandis que le marché financier reste étroit et la Bourse de Milan assez secondaire.

Le rôle de l’État . L’Italie, malgré des velléités récentes de privatisation, reste un pays relativement étatisé, avec un nombre élevé (quelque 5 millions) de fonctionnaires d’État ou locaux et d’employés des services publics, le taux des fonctionnaires croissant du Nord vers le Sud.

Le secteur public industriel (750 000 emplois) comprend l’I.R.I. (Istituto per la ricostruzione industriale), mis en place en 1933 pour la reprise d’entreprises menacées par la crise, vaste holding qui coiffe la sidérurgie, les chantiers navals, des entreprises mécaniques, des usines d’aviation, beaucoup d’autoroutes; l’E.N.I. (Ente nazionale idrocarburi, 1953), également d’origine mussolinienne (A.G.I.P., 1926), surtout dans le secteur du pétrole et du gaz naturel et de la chimie; tandis que l’électricité a été nationalisée en 1962 (E.N.E.L.). Ces grands organismes, parfois associés en joint-venture à des firmes privées (Enimont), jouent un rôle fondamental.

Enfin l’État, même s’il est aujourd’hui de plus en plus relayé par les régions, a joué et joue un rôle majeur dans l’aménagement du territoire, principalement (mais non exclusivement) dans le Sud. Les années 1950 voient se mettre en place, outre la réforme agraire, la Cassa per il Mezzogiorno (devenue en 1986 l’Agenzia per il Mezzogiorno) et différentes formes d’aide à l’industrialisation du Sud. Des investissements directs des firmes nationalisées permettent la création de complexes sidérurgiques (Tarente) et surtout pétroléochimiques, dans les principaux ports, tandis que les aides autorisent l’installation de firmes privées, nationales (Fiat, Olivetti...) ou étrangères. Le Sud, sous-industrialisé, s’est modernisé, surtout entre 1960 et 1973, même si ces vastes «cathédrales dans le désert» n’ont pas toujours entraîné la création attendue de P.M.I. sous-traitantes.

Structures, productions, problèmes

L’agriculture

Le secteur agricole emploie aujourd’hui moins de 10 p. 100 des actifs, seulement 4 p. 100 en Lombardie, mais beaucoup plus dans le Sud, et même 18 p. 100 en Basilicate. Néanmoins, il subsiste une surcharge en hommes (14 pour 100 ha), surtout dans le Midi. La taille moyenne des exploitations reste insuffisante, malgré le latifundium, et ne dépasse pas 7,5 hectares dont 5 hectares de surface agricole utile (S.A.U.), avec de grosses diversités régionales. S’agissant des modes d’exploitation, le métayage d’Italie centrale a disparu depuis les années 1960, le faire-valoir direct s’est accru, mais surtout les grandes exploitations salariales se sont développées. Le nombre des exploitations est tombé de 4,3 millions en 1960 à moins de 3 millions, tandis que la S.A.U. se réduisait comme une peau de chagrin, de 4,5 millions d’hectares en trente ans, en commençant par les zones déshéritées de la montagne et de la haute colline.

L’agriculture, globalement importatrice, fournit 9 à 10 millions de tonnes de blé, trois fois moins qu’en France, dont la moitié de blé dur, principalement dans le Sud; 6 millions de tonnes de maïs, surtout dans la plaine du Pô; 1 million de tonnes de riz, dans une partie de la même plaine du Pô, vers Verceil et Pavie; de la betterave à sucre, surtout en Émilie-Romagne et dans les Marches; des oléagineux comme le colza, le soja, encore principalement dans la plaine du Nord. La Campanie et la Pouille fournissent la plus grande partie des légumes méditerranéens (tomates, aubergines) et de nombreux fruits; mais la Romagne et le Haut-Adige possèdent aussi d’importants vergers (le tiers des pommes italiennes vient du Haut-Adige). Les agrumes, dont l’Italie est le quatrième producteur mondial, proviennent surtout des rivieras siciliennes (70 p. 100 des oranges et 90 p. 100 des citrons). Si l’olivier n’assure qu’un rang honorable, grâce à la Pouille, l’Italie est devenue, aux dépens de la France, le premier producteur mondial de vin (70 millions d’hectolitres), avec en tête la Pouille et la Sicile, au détriment des régions du Nord, naguère plus importantes (Piémont). L’élevage bovin, stagnant depuis la guerre (9 millions de têtes), est localisé surtout dans les Alpes et la plaine du Pô, tandis que l’élevage ovin, un peu comme le blé dur, est plus méridional: un tiers du troupeau se trouve en Sardaigne. Enfin, aux marges de l’agriculture, la forêt est assez peu productive, et la pêche l’est peu pour un pays aux façades maritimes aussi longues. Par contre, l’Italie possède d’importantes industries agroalimentaires, en Lombardie, en Émilie-Romagne (la Barilla à Parme, numéro un mondial des pâtes alimentaires), voire dans le Midi (conserves Cirio à Naples).

L’industrie

Les structures sont éminemment «duales», opposant quelques très grands groupes, publics ou privés, à un très grand nombre de P.M.I., parfois sous-traitantes des premiers. Dans le secteur public, l’E.N.I. (200 000 salariés) opère dans le domaine de l’énergie et de la chimie lourde, éventuellement en joint-venture avec des firmes privées. L’I.R.I. est un holding très diversifié, qui coiffe différentes sociétés dans la sidérurgie (Ilva, ex-Italsider), les chantiers navals (Fincantieri), les constructions mécaniques (Finmeccanica), l’aviation (Aeritalia, Alitalia), les autoroutes, etc., avec quelque 500 000 salariés.

Le principal groupe privé est la Fiat, fondée à Turin en 1899, qui a employé jusqu’à 300 000 personnes, dont plus de 50 000 à Turin, avant de se déconcentrer vers d’autres villes de la plaine du Pô, du Centre puis du Sud et à l’étranger (acquérant par exemple un temps la firme espagnole Seat). L’automobile reste l’activité dominante, avec un quasi-monopole en Italie depuis le rachat de Lancia et d’Alfa Romeo, mais le groupe est aussi actif dans les poids lourds, tracteurs, le matériel ferroviaire, l’ingénierie, voire l’industrie alimentaire et la presse (la Stampa , le Corriere della Sera ). Le groupe Carlo De Benedetti, lui aussi diversifié, est cependant centré sur l’informatique (Olivetti) ainsi que les accessoires automobiles (Valéo en France). Le groupe Berlusconi est surtout connu pour ses chaînes de télévision privées; à Milan, il contrôle aussi les éditions Mondadori, tandis que le groupe Ferruzzi, parti de l’agroalimentaire (soja, sucre, bois), a en grande partie racheté la puissante société chimique Montedison.

Bien qu’il existe beaucoup d’autres sociétés importantes (ainsi Pirelli, dans les pneumatiques, à Milan), l’originalité italienne réside dans l’essor des P.M.I., un peu à la façon du Japon ou de la Corée. Ces P.M.I. peuvent se spécialiser dans la sous-traitance mécanique ou électrique (en Piémont, en Lombardie), mais surtout dans la production de biens de consommation tels que le textile ou la confection: laine à Biella en Piémont, à Prato en Toscane, tricots à Carpi au nord de Modène (Émilie), jeans à Urbania dans les Marches, chaussures, ou Fermo dans les Marches l’emporte de plus en plus sur Vigevano, au sud de Milan, meubles dans la Brianza, au nord de Milan, mais aussi dans diverses petites villes de Toscane; tandis que la sous-traitance mécanique ou électronique est surtout développée dans le Nord-Ouest.

Prato, à 15 kilomètres de Florence, capitale mondiale de la laine cardée, passée de 50 000 habitants vers 1950 à 170 000 en 1993, offre un exemple typique de ces structures où, sur les 50 000 salariés du textile, 40 000 travaillent dans des entreprises de moins de dix salariés, souvent étroitement spécialisées dans une phase du processus de production, mais complémentaires les unes des autres. La géographie des P.M.I. et de l’indotto (sous-traitance) – et donc souvent du travail au noir – concerne principalement la «troisième Italie», plaine du Pô orientale, Toscane et Marches, mais existe aussi dans le triangle industriel, le long de l’Adriatique jusqu’à la Pouille, et même dans le Midi napolitain.

Les productions industrielles paraissent relativement spécifiques. L’industrie lourde se fonde sur la sidérurgie, principalement mais non exclusivement, d’État (Falck, groupe privé, au nord de Milan, ou les petits producteurs performants de la région de Brescia). L’essentiel de la sidérurgie, dont la production atteint 20 millions de tonnes d’acier, soit plus qu’en France, est cependant étatisée et littorale, avec comme centres principaux, depuis la fermeture de Naples-Bagnoli en 1991, Gênes-Cornigliano, Piombino en Toscane et surtout Tarente. La métallurgie des non-ferreux reste assez modeste (aluminium à Bolzano, à Porto Vesme en Sardaigne), tandis que la production de ciment est plus importante qu’en France.

La chimie de base, pétroléochimie et dérivés, est essentiellement installée près des raffineries portuaires, plus rarement continentales (Rho, dans la banlieue de Milan), et dépend de grands groupes souvent alliés comme l’E.N.I. (public), la Montedison (privée) ou des firmes anglo-saxonnes. Le Midi, dans ce domaine, n’est pas trop défavorisé, avec de grandes raffineries et des complexes pétroléochimiques installés par exemple vers Naples, dans la Pouille (Manfredonia, Bari, Brindisi), en Sicile (Augusta, Gela) ou en Sardaigne (vers Cagliari et Porto Torres).

Les constructions mécaniques et électriques représentent un point fort de l’industrie italienne. Alors que les constructions ferroviaires (Fiat, Breda), les chantiers navals et les constructions aéronautiques (Aeritalia à Naples) sont relativement peu importantes, le groupe Fiat emploie plus de 200 000 salariés dans une vingtaine de localités italiennes, dont jusqu’à 50 000 ont été employés dans la grande usine de Mirafiori, au sud de Turin. L’Italie produit aussi des machines-outils (Fiat, et de nombreuses P.M.I.), des appareils ou des éléments électromagnétiques (Magneti Marelli, dans la banlieue de Milan), des machines à café, des machines à coudre (Necchi, à Pavie), et se situe à un rang honorable dans l’informatique, surtout grâce à la firme Olivetti.

Parmi les industries dites légères, on note le bon comportement des industries agroalimentaires, surtout puissantes dans le Nord (la Barilla, de Parme, première usine mondiale pour les pâtes alimentaires; le groupe Ferruzzi, déjà évoqué). Le textile, la confection, le cuir, les meubles caractérisent surtout la «troisième Italie». Parmi les industries modernes, néotechniques, la pharmacie et la chimie fine sont surtout présentes à Milan, à Rome, en Toscane; l’informatique l’est à Turin, à Milan, mais aussi à Rome, dans la Tiburtina Valley, à l’est de la capitale. Les parcs technologiques se situent essentiellement dans le Nord (à Turin, Milan, Bologne, Trieste), avec une exception remarquable à Bari.

Au secteur industriel proprement dit il faut ajouter celui, très important, du bâtiment et des travaux publics. Le secteur secondaire, globalement, emploie 30 p. 100 des actifs (moins que vers 1960), mais dont 60 p. 100 sont concentrés dans le Nord, avec un taux d’actifs du secondaire généralement supérieur à 30 p. 100 (plus de 40 p. 100 en Lombardie), contre moins de 20 p. 100 au Latium, en Campanie, en Calabre, en Sicile et en Sardaigne.

Le secteur tertiaire

Aujourd’hui prédominant (près de 60 p. 100 des actifs), il offre également plusieurs visages, entre un Nord au tertiaire supérieur développé (sièges sociaux, directions commerciales, écoles polytechniques de Turin et de Milan) et un Midi où l’emporte le secteur administratif et public, comme à Rome. Bien des villes du Sud – sans parler de la capitale – vivent essentiellement de leurs fonctionnaires, de L’Aquila à Catanzaro, de Potenza à Cagliari.

Le commerce , qui emploie 22 p. 100 des actifs avec les restaurants, hôtels, garages, reste une activité fondamentale. Les grandes surfaces sont moins développées qu’en France; en contrepartie, le petit commerce fait preuve d’une vitalité remarquable; du Val d’Aoste à la Sardaigne, le moindre bourg conserve ses épiciers, ses droguistes comme d’ailleurs ses pharmaciens ou ses dentistes. Contrairement à une idée répandue, il nous semble que l’Italie, en ce domaine, a mieux résisté à l’américanisation que la France, ce qui s’explique sans doute par l’attachement des Italiens aux rapports sociaux personnalisés. De même, les banques, très nombreuses (un millier, ce qui est sans doute trop), sont proches de la clientèle.

Le tourisme reste une activité spécifique. Après avoir été, vers 1950, le premier pays touristique d’Europe et donc du monde, l’Italie s’est laissé dépasser par l’Espagne puis la France, actuellement première, sans doute à cause de ses prix trop élevés. Elle n’en accueille pas moins près de 20 millions d’étrangers (dont un tiers d’Allemands, ceux-ci précédant les Français, les Britanniques, les Autrichiens et les Suisses), dont 16 millions dans les hôtels, pour 100 millions de nuitées; à quoi s’ajoutent les Italiens eux-mêmes. Le tourisme vers les villes d’art (Rome, Florence, Venise) est moins important, en termes de séjours, que le tourisme balnéaire (riviera adriatique) et même que le tourisme montagnard qui est à 90 p. 100 alpin. La première région touristique, très envahie par les Allemands et les Autrichiens, est le Trentin-Haut-Adige, précédant de peu les littoraux de Vénétie et de Romagne, aux plages sablonneuses familiales. Le Sud, une fois de plus, est à la traîne, malgré les beautés du golfe de Naples ou de la Sicile, sans nul doute à cause de son éloignement, peut-être aussi d’un certain sous-équipement hôtelier, avec 22 p. 100 du total des nuitées en Italie et seulement 13 p. 100 du total de celles des étrangers.

Les problèmes économiques

La balance touristique, même si son excédent s’amenuise, d’autant que les Italiens partent eux aussi en vacances à l’étranger, vient, comme les travaux d’ingénierie dans des pays étrangers (Moyen-Orient, Afrique noire...), conforter une balance commerciale généralement déficitaire. L’Italie, au sixième rang des puissances commerciales mondiales, avec 58 p. 100 de ses échanges avec l’Union européenne (dont 20 p. 100 avec l’Allemagne, 15 p. 100 avec la France), enregistre en effet un bilan fortement négatif pour les produits agricoles, les minerais et plus encore les matières énergétiques, à commencer par le pétrole; le solde, encore négatif pour les produits chimiques et même les automobiles, est au contraire fortement positif pour les machines diverses, le textile et la confection, les matières plastiques, etc.

À ces faiblesses du commerce extérieur, même si le déficit ordinaire n’est pas très considérable, s’ajoute le déficit budgétaire chronique, et donc la faiblesse persistante de la lire. Malgré le dynamisme de l’économie italienne, souvent tous les indicateurs sont «au rouge», et la trop forte inflation reste un handicap. Il existe d’autres faiblesses globales: si, grâce à leur souplesse, les P.M.I. productrices de biens de consommation ont jusqu’ici assez bien résisté vis-à-vis des Nouveaux Pays industriels, qu’en sera-t-il dans l’avenir? Le travail au noir sera-t-il longtemps toléré? L’Italie ne s’est-elle pas trop peu impliquée dans les technologies modernes (quasi-absence de participation à la construction de l’Airbus)?

Mais le principal problème demeure celui des disparités régionales , surtout entre le Nord et le Sud, et il est curieux que certains auteurs aient cru pouvoir parler de la «fin d’un dualisme». Sur moins de 40 p. 100 de la superficie totale, l’Italie du Nord regroupe près de 45 p. 100 de la population et assure 56 p. 100 du produit national. Le Mezzogiorno, continental et insulaire, ne fournit que moins du quart du P.N.B. alors qu’il abrite de 36 à 37 p. 100 de la population.

Ce qui revient à dire que le revenu par habitant décroît fortement du Nord vers le Sud, l’Italie centrale étant en position intermédiaire. Entre la province la plus riche (Bologne, qui précède Parme) et la province la plus pauvre (Enna, en Sicile), l’écart est de 2,4 à 1. En gros, l’écart des revenus entre le Nord et le Sud reste de 2 à 1, comme vers 1950, mais il se serait sans aucun doute accru sans les interventions de l’État. Le revenu moyen n’augmente pas toujours avec la taille des villes, les grandes villes du Sud étant en très mauvaise position. Enfin, le taux de chômage, pour une moyenne nationale de 12 à 13 p. 100, varie de 7 ou 8 p. 100 dans le Nord à plus de 20 p. 100 à Naples, en Calabre ou en Basilicate.

5. Le découpage régional

Le découpage régional pose problème, dans la mesure où certains amalgament dans une «troisième Italie» la plaine du Pô orientale et l’Italie centrale: découpage plus économique que géographique, auquel on préférera la division traditionnelle Nord-Centre-Sud.

Le Nord

Entre montagnes (Alpes, Apennin du Nord) et plaine du Pô, le Nord concentre l’essentiel de l’économie agricole, plus encore industrielle et tertiaire, ainsi que des pouvoirs de commandement: 56 p. 100 du P.N.B. (dont 21 p. 100 pour la seule Lombardie), plus des deux tiers du capital des grandes sociétés, plus des trois quarts du commerce extérieur. Malgré le développement récent (depuis 1950) de l’est de la plaine du Pô, fondé sur l’agriculture, le tourisme balnéaire, l’essor de très nombreuses P.M.I. (en Émilie-Romagne, en Vénétie, au Frioul), le «triangle» conserve la primauté pour l’industrie lourde et les très grands établissements, pour les industries de pointe (Turin, Ivrée, Milan) comme pour les pouvoirs de commandement: 58 p. 100 du capital des grandes sociétés. Toutefois, pour le revenu moyen par tête, Piémont, Ligurie, Lombardie ont été dépassés à la fin des années 1980 par l’Émilie-Romagne et le Frioul-Vénétie Julienne.

L’Italie centrale

L’Italie centrale est assez hétérogène. La Toscane, l’Ombrie, les Marches sont des pays de collines, d’ancien métayage, aux villes d’art nombreuses, où les P.M.I. sont largement développées, surtout en Toscane du Nord (plaines de l’Arno) et, plus récemment, dans les Marches adriatiques. Cette Italie-là fait partie du Nord, aux yeux de la Ligue lombarde. Le Latium est bien différent, entièrement polarisé sur la capitale, ville dominée par le secteur tertiaire, ville de fonctionnaires, des partis politiques et du clientélisme, dont les ligues du Nord dénoncent le parasitisme. Au demeurant, tandis que Florence est en onzième position, le revenu moyen ne situe Rome qu’au cinquante-troisième rang des quatre-vingt-quinze chefs-lieux de province; on est loin de la prépondérance parisienne en France! L’ensemble des régions du Centre, dont la statistique officielle exclut, peut-être à tort, les Abruzzes, regroupe, sur 19,4 p. 100 du territoire, 19,1 p. 100 de la population, contribue au P.N.B. pour un peu plus de 20 p. 100 et à la localisation des sièges sociaux des grandes sociétés pour 25 p. 100 du capital, essentiellement grâce aux holdings d’État romains.

Le Mezzogiorno

On l’a vu, le Mezzogiorno ne contribue que pour moins de 24 p. 100 au P.N.B., et seulement pour 7,5 p. 100 au capital des grandes sociétés domiciliées (pour le Midi continental, 24,6 p. 100 de la population, 16 p. 100 du P.N.B.; pour les îles, 12,3 p. 100 de la population, moins de 8 p. 100 du P.N.B.). Toutes les provinces méridionales ont un revenu moyen par habitant inférieur à la moyenne nationale, de Teramo dans les Abruzzes, la mieux classée, à Enna en Sicile, qui est la plus pauvre.

Ce Midi n’en est pas moins divers, où s’opposent l’osso et la pulpa (l’os et la chair): l’Apennin et ses bordures plus fertiles et plus peuplées, l’intérieur et le littoral, ce qui est vrai aussi en Sardaigne et en Sicile, cette dernière trois fois plus peuplée et beaucoup plus urbanisée que l’île sœur, encore un peu sauvage. De la sidérurgie de Tarente aux nombreux complexes pétroléochimiques, les grandes industries se sont établies sur les rivages, ce qui est le cas aussi des P.M.I. d’origine locale (mais pas forcément sous-traitantes des grosses affaires), en particulier dans la Pouille, mais aussi à Catane et même à Naples. Si la Calabre et la Basilicate demeurent les régions les plus pauvres, les zones trop densément peuplées de Naples et de Palerme, ces villes malades, ne sont guère en meilleure posture, se situant respectivement au quatre-vingt-treizième et au quatre-vingt-quatorzième rang des chefs-lieux italiens, ce qui explique bien des choses en ce qui concerne la Mafia ou la Camorra, et la poussée des néo-fascistes dans le Sud (élections municipales de novembre 1993), quelque peu symétrique de celle des ligues autonomistes, voire sécessionnistes, du Nord.

Pour conclure, le géographe ne peut que formuler un jugement nuancé. Ce pays de haute civilisation et de grande tradition culturelle se développe suivant un mode souvent atypique, réussit à accéder au rang de moyenne ou grande puissance tout en accumulant les problèmes. Contrairement à ce que l’on pouvait penser il y a quelques années, le risque d’éclatement n’est pas nul, qui serait aussi dommageable pour le Nord que pour le Sud. Heureusement, l’Italie nous a habitués à tant de souplesse et de rebondissements, que nous excluons une partition à la yougoslave, qui serait catastrophique pour l’Europe et pour le monde.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Italie 13 — (or Italie XIII) is the name of a large urbanism project in Paris which started in the 1960s and was interrupted in the 1970s. Its purpose was to profoundly modify the structure of some areas of the 13th arrondissement, mainly around the avenue d …   Wikipedia

  • Italie 2 — Ajouter une photo Pays …   Wikipédia en Français

  • Italie 2 — is the name of a large shopping centre in Paris south east in the 13th arrondissement. It features a Printemps, fnac and over 130 stores, most of which are based overseas. The centre is situated over 3 levels with one level being subterranean… …   Wikipedia

  • Italie — ITALIE: Doit se voir immédiatement après le mariage. Donne bien des déceptions, n est pas si belle qu on dit …   Dictionnaire des idées reçues

  • Italie 13 — 48°49′42.35″N 2°21′18.51″E / 48.8284306, 2.3551417 …   Wikipédia en Français

  • Italie — f pl the Italians, Italy f ( an/ an) Italy …   Old to modern English dictionary

  • ITALIE — Italiae …   Abbreviations in Latin Inscriptions

  • italie — npf. Itali (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ITALIE - Histoire — Péninsule méditerranéenne, fortement ancrée au monde alpin, l’Italie est un pont naturel entre l’Orient et l’Occident, et participe au destin de ces deux mondes. Seule région occidentale vraiment marquée par les civilisations méditerranéennes… …   Encyclopédie Universelle

  • Italie-Portugal en football — Confrontations entre le Portugal et l Italie : Date Lieu Match Score Compétition 18 juin 1925 Lisbonne …   Wikipédia en Français

  • Italie-Suisse en football — Confrontations entre l équipe d Italie de football et l équipe de Suisse de football : Date Lieu Match Score Compétition 7 mai 1911 …   Wikipédia en Français